Enseigner la littérature québécoise, pour quoi faire?

Marcel Goulet, Professeur-chercheur, Université de Montréal, Cégep Édouard-Montpetit, CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises), conférence prononcée dans le cadre de l’Institut d’été de l’Université du Maine

Résumé

Comment la littérature est-elle enseignée dans les cégeps du Québec? Quelle part y est-il alloué à la littérature française et à la littérature québécoise? Les jeunes Américains auraient-ils intérêt à mieux connaître la littérature québécoise? Telles sont les trois questions que nous aborderons.

Nous verrons d’abord que le Québec a choisi d’inscrire l’enseignement de la littérature au cégep dans une approche centrée sur l’apprentissage de la lecture littéraire, sur la formation de lecteurs compétents, aptes à analyser, expliquer et apprécier des textes littéraires, et capables d’en rendre compte dans des analyses littéraires et des dissertations explicatives et critiques. Nous montrerons sur quelles représentations de la littérature, du lecteur et du professeur se fonde une telle décision et quelles tensions elle soulève. Nous rendrons ensuite compte du débat qu’a suscité la décision d’accorder la préséance à la littérature française sur la littérature québécoise dans l’enseignement collégial, en lui consacrant deux des trois cours de littérature qui y sont dispensés. Nous verrons quels arguments sont invoqués, d’une part, par les défenseurs de la littérature française et, d’autre part, par les partisans de la littérature québécoise pour justifier leur position respective. Nous montrerons comment, dans ce débat, entre en jeu un imaginaire national où s’affrontent différentes représentations de soi et de l’Autre. Enfin, nous nous interrogerons sur les raisons qui pourraient faire en sorte qu’il serait pertinent d’enseigner la littérature québécoise aux jeunes Américains. Nous réfléchirons sur ce qu’ils auraient à gagner d’une meilleure connaissance de cette «littérature de l’exiguïté», ainsi que la désigne François Paré.

Diaporama de la présentation

Argumentaires analysés

Publicités