Du poème à la carte postale: un exercice d’écriture inspiré par l’oeuvre poétique de Roland Giguère

Marcel Goulet, Professeur-chercheur, Université de Montréal, Cégep Édouard-Montpetit, CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises)

Résumé

L’écriture de création pratiquée à partir de mots lus est une façon de découvrir un écrivain et son œuvre. Roland Giguère a écrit une douzaine de poèmes en prose intitulés « Cartes postales » et qu’il a publiés dans Forêt vierge folle (1978). En voici un : « Je ne suis pas où vous pensez. Pays perdu, pays ruiné. Le soleil, ici, perce et tue. Comme chez vous la neige. Plages inutiles. Sable. Mes paysages sont vos yeux, votre dernier regard à l’orée de l’érablière. Je ne voyage pas, je m’absente. »

Au Québec, dans les cours de littérature dispensés au cégep, on observe, dans les pratiques d’écriture liées à la lecture, une nette prédominance des écritures du commentaire (Dezutter, 2012a). Il est vrai que ce sont les seules prescrites par les devis ministériels (Gouvernement du Québec, 2009). Une minorité d’enseignants a recours à des pratiques apparentées à l’écriture de création (Dezutter, 2012b). On peut voir là, chez ceux qui respectent les devis, un certain soupçon à l’égard de l’écriture de création, un doute quant à sa pertinence, et, au contraire, chez ceux qui invitent leurs étudiants à la pratiquer, une certaine croyance en ses vertus. Qu’en est-il véritablement de l’écriture de création lorsqu’elle est pratiquée comme écriture de réception d’une œuvre? Quelles en sont la pertinence, la portée, les limites? Nous souhaitons alimenter la réflexion à partir d’une expérience. Nous avons proposé à 80 étudiants, lors de l’étude d’un recueil de poèmes de Roland Giguère intitulé L’âge de la parole, de produire, pour seules traces de leur réception, des cartes postales ayant pour lieu de départ un poème du recueil. Nous rendrons compte de l’analyse à laquelle nous avons soumis quelques-uns de ces textes de création. De quelle lecture de l’œuvre sont-ils porteurs? De quel rapport à l’œuvre témoignent-ils? De quelle nature est la compréhension de l’œuvre lorsqu’elle passe par une telle écriture? De quelle manière la subjectivité du lecteur y est-elle sollicitée? Nous avons construit notre cadre d’analyse autour des concepts de lecture de participation et de distanciation (Dufays, 2010), de lecture esthétique (Macé, 2011), et des notions de sujet lecteur (Rouxel, Langlade, 2004) et de texte du lecteur (Mazauric, Fourtanier, Langlade, 2011).

Présentation présentée dans le cadre des 16es Rencontres des chercheurs en didactique de la littérature, Toulouse, mai 2015

Diaporama de la présentation

Consigne pour la rédaction d’une carte postale

Exemples de travaux d’étudiants

Présentation réalisée dans le cadre du Congrès annuel de l’Association québécoise des professeurs de français (AQPF), Sherbrooke, octobre 2014

Diaporama de la présentation

Poèmes étudiés

Consignes pour l’écriture des cartes postales et exemples de travaux d’étudiants

Publicités