Le programme de la 2e journée d’étude du LIREL est désormais disponible

Voir ici pour plus d’information sur la journée d’étude

Affiche image

Publicités

Le LIREL lance un appel de communication pour sa 2e journée d’étude

Stimulée par l’intérêt suscité par sa première journée d’étude tenue à l’Université de Montréal le 12 janvier 2018, l’équipe du LIREL s’affaire déjà à organiser une deuxième édition de l’événement.

La 2e Journée d’étude du LIREL, intitulée « L’enseignement de la littérature au collégial. Et si on explorait d’autres façons de lire… », offrira l’occasion, encore une fois, d’aborder diverses approches et pratiques susceptibles de renouveler notre travail auprès des élèves.

Cette année, les membres du LIREL souhaitent accueillir vos propositions afin de faire connaître les réflexions et expérimentations qui, nous en sommes convaincus, sont menées au sein de nombreux départements.

Nous lançons donc un appel de communication, que vous trouverez ici.

Nous sommes impatients de lire ces propositions que les vacances, toutes prochaines, vous inspireront!

Flânerie poétique au collège

Au Congrès annuel de l’AQPF qui s’est tenu du 11 au 13 janvier 2017, Marie-Pierre Turcot, enseignante au Cégep Édouard-Montpetit et chercheuse affiliée au LIREL,  a présenté une communication, « Flânerie poétique au collège », qui visait à partager une expérience d’enseignement de la poésie sur le mode de la libre lecture. S’inscrivant dans le troisième axe thématique du Congrès, « Un laissez-passer pour la littérature et la création », la proposition de Turcot présente une approche qui a pour but d’éveiller la curiosité des étudiants envers la poésie, de leur permettre de découvrir l’oeuvre de plusieurs poètes par le biais de la flânerie et de rendre compte de leur lecture de manière plus personnelle.

https://www.aqpf.qc.ca/activites-2016/708-parcours-du-collegial-flanerie-poetique-au-college

 

Pour la libre lecture

Les heures s’évanouissent et je me perds à leur suite. Qui échappe à la fureur du siècle? Ainsi, chaque moment de pause accordé à la lecture est pour moi un moment de vraie liberté, un pied de nez à la contrainte. Accepterais-je de me faire imposer un auteur, un titre, qui plus est un rythme de lecture? J’en doute. Je savoure mes lectures personnelles parce qu’elles correspondent à mes exigences littéraires, à mes humeurs, à mon bon plaisir. J’écarte donc bien des livres; cette liberté de choix est une petite conquête, un geste par lequel j’affirme que je suis encore moi, qu’importent les dictats.

La liberté de goût, la liberté de choix font partie des plaisirs essentiels de la lecture. Dans son essai Comme un roman, touchant plaidoyer pour le bonheur retrouvé de la lecture, en famille ou en classe de français, Daniel Pennac formule les 10 droits imprescriptibles du lecteur. Parmi ceux-ci figurent :

le droit de ne pas lire;

le droit de sauter des pages;

le droit de ne pas finir un livre;

le droit de lire n’importe quoi;

le droit de grappiller;

le droit de nous taire.

J’enseigne la littérature depuis plus d’une décennie. Depuis plus d’une décennie, je viole tous ces droits des lecteurs : j’impose des œuvres, j’en vérifie la compréhension, j’entraîne mes élèves à produire un discours savant sur cette lecture. Mais quelque chose en moi se rebiffe : ce cadre strict, conventionnel, trahit l’esprit de la littérature, nie la part de plaisir et de liberté qui lui sont essentielles.

Comment donc faire une place, dans l’enseignement, à la libre lecture? Comment favoriser le choix, l’appréciation, comment permettre le silence, à l’occasion, et susciter une parole plus personnelle?

J’ai imaginé la session dernière un parcours en poésie sur le mode de la flânerie, de l’errance, un parcours non balisé, entièrement personnalisé, et qui s’est révélé très riche. Si j’ai dû imposer par ailleurs des titres pour l’étude commune, j’ai trouvé dans cette formule un équilibre qui m’a réjouie. Et j’ai le sentiment d’avoir permis aux élèves de vivre une expérience littéraire authentique qui a fait d’eux des lecteurs plus mûrs et plus sûrs.

Pour la séquence didactique inspirée de la libre lecture, voir ici.

Marie-Pierre Turcot, Cégep Édouard-Montpetit

Marcel Goulet et Marie-Pierre Turcot du LIREL participent aux 17e rencontres des chercheurs en didactique de la littérature

Le colloque se tiendra du 1er au 3 juin à l’ENS de Lyon sous le thème « Enseigner la littérature en dialogue avec les arts. Confrontations, échanges et articulations entre didactique de la littérature et didactique des arts ».

https://www.fabula.org/actualites/17es-rencontres-des-chercheurs-en-didactique-de-la-litterature-enseigner-la-litterature-en-dialogue_71342.php

 

 

 

Congrès de l’AQPF

L’association québécoise des professeurs de français (AQPF) tiendra son prochain congrès annuel du 11 au 13 janvier 2017 au Collège de Maisonneuve sous le thème « Le français, un laissez-passer ». Le congrès s’organisera autour des quatre axes suivants: « Un laissez-passer pour vivre ensemble »; « Un laissez-passer pour l’apprentissage »; « Un laissez-passer pour la littérature et la création »; « Un laissez-passer pour la technologie et les réseaux sociaux ». L’appel à communications se poursuit jusqu’au 30 juin!